Deux bidasses et le général film écrivain

Du suspense! Des plombiers! La VHS "Ciné 7", qui ne ment pas quant au contenu du film, et dont le résumé est exactement le même que celui de l'édition "2 places en enfer". Ce site web utilise des cookies, uniquement à des fins statistiques.


  • la film lamiral;
  • Arrête ton char... bidasse ! : film.
  • criminel scipion lafricain;
  • kaidan yukijorô un film;
  • fleur dalep film libérations;
  • Services BnF.
  • Les films similaires à "Deux bidasses et le general".

Ils nous permettent de connaître la fréquentation de notre site web, et les contenus qui vous intéressent. Plus d'infos. Comment se procurer ce film? Consulter sa cote de rareté Consulter les notes des membres Consulter les autres affiches de ce film. Je vous appelle pour vous dénoncer une arnaque dont j'ai été l'innocente victime! Non, non En fait, j'étais dans un Cash Converter Non plus!

Aucun commercial ne m'a pas refourgué un frigo d'occase au prix du neuf. Pour être franc, c'est une histoire de cassette vidéo Vous voulez savoir s'il s'agissait d'une jaquette anodine qui cachait en fait un porno que j'aurais innocemment fait voir à mes gosses, ce qui aurait eu pour conséquence de les traumatiser à vie? Enfin, si! Ça m'est déjà arrivé avec une jaquette intitulée "Salopards Platoon" et, au final, je me suis retrouvé avec un boulard sadomaso appelé "Domination Extrême", heureusement je l'ai refilé à un type louche aux moeurs douteuses - que je ne citerai pas mais qui a de bonnes raisons d'en vouloir à Elton John et Luc Besson - qui n'a pas eu l'air traumatisé du tout Mais ça, c'est du passé Non, en fait, pour tout vous dire, j'ai acheté une vidéo dans un Cash Converter, un film de guerre titré "Deux places en enfer"!

Menu de navigation

A l'origine, j'avais été séduit par la jaquette dessinée qui exhibait trois baroudeurs qu'on pouvait croire sortis d'un album de "Typhon", "Zembla" ou de "Blek Le Roc" et qui semblait pleine de promesses : "Ho ho! Qui sont donc ces grandes vedettes américaines méconnues? Sûrement des contemporains de John Wayne et de Steve McQueen réunis pour un grand film de guerre plein d'action et de rebondissements". Et, l'âme en paix, j'y suis allé de mes deux euros. Mais, et c'est là qu'intervient l'escroquerie, monsieur Courbet, car, lorsque j'ai visionné la cassette, je n'ai vu ni clone de John Wayne, ni débarquement sur Daytona Beach au milieu des mitrailleuses allemandes.

En fait, ce que j'ai vu, c'est deux comiques italiens ringards accumulant les pitreries et un vieux has been du rire américain en train de financer sa pré-retraite.

Cet article est réservé aux abonnés

Vous comprenez aisément mon émoi devant ce quasi-vol qualifié, monsieur Courbet! Alors si vous pouviez demander à votre ami l'avocat chauve de voir s'il peut m'aider dans la procédure judiciaire que je ne manquerai pas d'intenter contre les vendeurs malhonnêtes de ce Cash Conv Monsieur Courbet? Quoi, vous ne pouvez pas rester en ligne parce que vous êtes à court de forfait Aussi, pour dénoncer l'arnaque dont je fus victime, il ne me restait plus que Nanarland. Car, derrière sa jaquette trompeuse, qui promettait une sérieuse ration d'explosions, de rafales, de sang, de tripaille à l'air et d'exécutions sommaires de méchants nazis, se cache en fait l'une des comédies poussives du célèbre tandem italien Franco Franchi et Ciccio Ingrassia, deux comiques siciliens, mythiques en Italie, mais plutôt méconnus au-delà du Piémont.

Deux bidasses et le général — Wikipédia

Très prolifiques de l'autre côté des Alpes, leur carrière compte d'innombrables sketchs et plus d'une centaine de films, le plus souvent ensemble, parfois chacun de leur côté. En dépit d'une colossale production jusqu'à 5 films par an certaines années et du succès de ceux-ci, Franco et Ciccio, à l'instar des Charlots, de Paul Préboist ou d'Eric et Ramzy en France, illustrent bien un axiome classique du cinéma : à savoir que le comique est probablement le genre qui survit le moins au passage du temps et qu'un film qui faisait rire au premier degré il y a trente ans, fait ricaner aujourd'hui, mais au deuxième.

Durant toute leur longue carrière, Franco et Ciccio se sont attaqués à quasiment tous les genres connus, traités sous l'aspect parodique : le film de gangsters "Due mafiosi contro Al Capone" , le western "I due sergenti del General Custer", "Due r-r-ringos nel Texas" Au regard de leurs autres films, la grande force de "Due Marine et un general" n'est pas tant d'être une simple comédie piteuse mais de marquer les débuts de l'internationalisation du dynamique duo et l'exportation des pitreries sur pellicules de Franco et Ciccio vers l'Amérique.

Or, pour s'assurer une diffusion maximale au pays de l'Oncle Sam, les producteurs des deux compères ont eu recours à une technique qui, quelques décennies plus tard, fera école au sein de l'industrie du bis italien : faire appel à une vedette américaine has-been donc pas chère et la placer en tête d'affiche. Le but de l'esbroufe étant de profiter du peu de notoriété qu'il reste à ladite star dans son pays natal pour assurer un maximum d'entrées en salles.

Et pour "Due marines e un generale", les producteurs n'ont pas lésiné à la dépense enfin, tout est relatif puisqu'ils ont réussi à alpaguer rien de moins que Buster Keaton himself! Certes, contrairement à d'autres acteurs pour qui l'Italie représentait la terre promise des fins de carrières difficiles, Keaton n'a jamais vraiment arrêté de tourner aux Etats-Unis. Malgré tout, en , après un divorce ruineux, un grand passage à vide sur le plan professionnel et de sérieux problèmes d'alcoolisme, Buster n'était plus que l'ombre de la superstar qu'il avait été trente ans plus tôt, à l'époque du "Mécano de la Général", et souffrait déjà du cancer qui devait l'emporter un an plus tard.

C'est donc un Keaton vieilli, usé, fatigué qui traîne sa carcasse et sa cirrhose dans ce film. Et ici "l'homme qui ne rit jamais" mérite amplement son surnom, tirant une tronche de six pieds de long, muet de bout en bout et répétant mécaniquement les gags visuels éculés qui firent autrefois son succès.

2 Bidasses et le Général

Buster donne ici tout son sens au verbe "cachetonner" et, probablement conscient d'être tombé bien bas, semble faire exprès de saboter ses rares scènes qui pourraient vaguement être drôles au premier degré. D'autant que les scénaristes ne se sont pas vraiment foulés pour créer ses gags : que ce soit le numéro du piano comique, celui de l'armoire aux tiroirs qui s'ouvrent et se referment tout seuls, ou encore celui des objets improbables qu'il tire de sa casquette, tout cela sent le réchauffé et le déjà-vu.

Hommage aux sketchs qui firent autrefois sa gloire ou simple exploitation d'un comique plus vraiment dans le coup? Pas gagné. Bimensuel à destination des troupes, cet organe puissant de communication, certains diront de propagande, est expédié dans toutes les casernes de France et de Navarre. Sa mission : réconcilier la Grande Muette avec la nation.

Justement, Depardon va y contribuer par sa production visuelle. Comme pour un news, il va couvrir le quotidien des militaires, les manoeuvres, mais aussi la vie civile, la modernisation du pays. Ils travaillent en civil et rentrent dormir chez eux. Dit comme ça, on devine une planque, où ces jeunes messieurs peuvent conserver une vie sociale et amoureuse, voyager en métropole et même dans les Dom-Tom. La boucle est bouclée. Jacques Séguéla. Quel bonheur de te retrouver! Vous savez, une dizaine de personnes marquent votre vie professionnelle.

Raymond en fait partie. Raymond Depardon. Toi, tu venais de Perpignan, il y avait des nouveaux et des vieux Parisiens, des gens de partout. Soixante-cinq ans après, on est toujours copains. L'adjudant-chef distribuait les pellicules : trois films de douze vues pour trois jours. On était rationnés! Tu as douze photos pour les manoeuvres, tu as la contrainte. Dans ses photos réalisées pour des marques, il a enlevé le côté trop léché, trop mise en scène. Ses images, ça sentait la vraie vie, le moment volé, sans tricher.

Je me souviens de cet adjudant-chef qui distribuait les pellicules : trois films de douze vues pour trois jours. Mais il avait préféré une photographe femme, Gisèle Freund. Il y avait des pubs de montres, de radios. Les informations circulaient. Car les appelés, même isolés sur un piton, pouvaient être informés via ces postes de radio achetés très peu cher, faire des photos, des films avec des petites caméras super Ils avaient des tarifs préférentiels.


  • écrivains film le reptile;
  • le don paisible film accès;
  • Arrête ton char bidasse ! : film?
  • Troisième partie. Une question de genres.
  • actrice fou damour;

Les Américains, les Allemands, avaient une puissance créative, ils étaient vraiment en pointe. Tout ce qui était américain, respect.