Des films la vague

Une histoire basèe sur une expèrience rèelle où un prof d'histoire, jouè par un charismatique Jürgen Vogel, crèe un mouvement expèrimental au slogan fort: "La force par la Discipline!

1121 critiques spectateurs

La force par la Communautè! La force par l'Action! Le fascisme ne se retrouve pas seulement chez ces gens là! Une expèrience qui nous apprend surtout dans le roman que nous sommes tous responsables de nos propres actes et que nous devons toujours rèflèchir sur ce que nous faisons plutôt que de suivre un chef d'aveuglement! La version française de "La vague" est ratèe, prèfèrez la version originale A quand remonte-il le dernier film qu'on ne savait classer, qu'on ne pouvait comparer à nul autre? Oui, "la Vague" fait partie de ce genre de film! Et quelle fierté qu'il surgisse de nos contrées d'Europe, là où le cinéma était devenu depuis un an aussi terne!

Messages sponsorisés

La démarche du film est aussi inédite, surprenante, qu'elle est d'une remarquable pédagogie. Chaque nouvelle scène n'est qu'un prétexte pour sans cesse nuancer le propos et affiner le regard de cette démarche osée, somptueuses, et pénétrante. Voilà bien un film incontournable, aussi bien remarquable du point de vue du fond que de la forme. Un bon film dramatique, bien construit et intelligent, tiré de faits réels. Une réalisation très bien menée et parfaitement interprétée, qui démontre efficacement l'art de la manipulation et le phénomène de groupes.

Une oeuvre très réaliste et bouleversante, qui nous laisse dans la réflexion. En bonne forme depuis quelques années essentiellement en matière de distribution grand public , le cinéma Allemand a également pris l'habitude d'être politisé en réfléchissant notamment sur une histoire douloureuse dont les pages les plus noires n'ont pas encore moralement été tournées. Avec "La Vague", une question très simple est posée Une nouvelle dictature est-elle possible?

Démago à défaut d'être dynamique, pas futé on fait un film fun autour d'un thème grave , il passe la majeure partie du temps à côté de son sujet, contournant voire délaissant complètement des aspects un brin complexes pour s'attacher à des détails symboliques à la limite de l'ânerie le sigle ou le salut du groupe sont risibles et ainsi laisser se développer en parallèle une sorte de romance lycéenne, mêlant amours, amitiés et trahisons. Tous représentatifs de clichés et d'idées reçues, les élèves ne sont en aucun cas attachants ni même intéressants. On s'esclaffe de bon coeur lorsqu'il arrive une crasse à l'un deux et l'on attend avec impatience qu'ils se bouffent les uns les autres, espérant que tout cela se finira très mal.


  • la bande à bonnot libéré?
  • le roman dun jeune homme pauvre film étoiles?
  • linsoutenable légèreté de lêtre récit film?
  • libérations film police frontière?
  • la méthode kominsky épisode?
  • Trouver un horaire.
  • .

Et puis surtout, on ne croit pas une seule seconde à toute cette mascarade. Tout est énorme, exagéré, caricatural ; le trait est forcé, l'espace-temps choisi est ridicule, la démonstration à la limite du pitoyable. Même si les masses sont généralement abruties et facilement manipulables, impossible de se laisser emporter par notre soi-disant gourou charismatique. Dans les grandes lignes, cela est peut-être valable pour une secte, et encore.

En ce qui concerne le pouvoir politique, les dictatures de demain ne se feront plus à coups de bottes mais avec la force douce et un contrôle de la population principalement idéologique accepté par le consensus. Se basant sur des faits réels, La Vague raconte comment un simple professeur de lycée arrive à instaurer un véritable IIIe Reich dans sa salle de classe.

Belle idée que de montrer la facilité avec laquelle on peut amener l'Homme vers la dictature, seulement le traitement très mécanique du sujet, les grosses incohérences comment suivre un mouvement sans idéologie? Alain D.

Ce drame réalisé par Dennis Gansel est un film fort. Coécrit par le réalisateur, le scénario tiré d'une histoire vraie, donne à réfléchir. Le ton est extrêmement sérieux et les dialogues pertinents. La bonne bande musicale nous délivre une musique hard rock parfaite dans le contexte. Mais par son jeu subtil et intériorisé, qui atteint son apogée dans une bouleversante conversation père-fille, la jeune Taylor Russell emporte la mise.

Le récit de Trey Edward Shults, qui signe seul le scénario, reste toujours dans l'ordre de l'intime, peu importe la nature des événements. On peut sans doute reprocher quelques effets de style, notamment dans les mouvements de caméra, mais le cinéaste texan, âgé de 31 ans, offre ici un film choc qui colle à la peau. Heureusement, le long métrage de Shults se conclut sur une lumineuse finale, remplie d'espoir. Waves va assurément se retrouver sur mon top 10 de Mais la grande force du film est probablement la mise en scène très immersive de Trey Edward Shults.

Épaulée par une bande-son très efficace, elle plonge le spectateur dans le film, aux côtés de ses personnages, de leurs défaillances, de leur perte de contrôle, ou au contraire de leur douceur Votre navigateur Web n'est pas à jour. Version originale en anglais avec sous-titres en français v.

Synopsis et détails

En attente de classement. Disponible sur : VSD. En quelques jours, ce qui n'était que de simples notions telles que l'esprit communautaire et la discipline se transforment en un réel parti politique. Les élèves, alors motivés par leurs valeurs, vont s'investir beaucoup trop, et de manière extrême. Dès le troisième jour, les membres du mouvement commencent à exclure puis à persécuter tous ceux qui ne se rallient pas à leur cause.

Ce qui n'était initialement qu'un jeu de rôle va échapper au contrôle de Rainer Wenger. Dans un lycée de l'Allemagne des années , Rainer Wenger est un enseignant anarchiste proche de ses élèves. Il décide alors, pour son cours, de mettre en place une expérience sur la dictature, face à l'incrédulité de ses élèves quant à la possibilité d'une renaissance d'un régime autoritaire.

VAGUES () - Film - sdocpm.asou-mo.ru

Il s'impose comme leader et dirige l'activité, certain des bienfaits que peut apporter l'expérience à ses élèves. Au fil des jours, une véritable idéologie se met en place, basée sur un mouvement identitaire des jeunes et sur un soutien mutuel des lycéens. Le lendemain, Rainer, furieux de l'ampleur qu'a pris le mouvement, arrive brutalement en cours et cherche à raisonner ses élèves, mais c'est déjà trop tard. Karo et Mona font alors irruption dans la salle et l'inondent de tracts anti-Vague, avant de fuir. Marco rejoint alors Karo pour la raisonner, mais la discussion s'envenime, l'un n'arrivant pas à convaincre l'autre, et Marco finit, sous le coup de l'énervement et suite à une gifle de Karo, par frapper la jeune fille, avant de s'enfuir.

Vous utilisez une version d'internet explorer non compatible avec ce site

Il est acclamé par les élèves enthousiastes, mais Marco, stupéfait, se lève et interpelle Rainer, qui le fait arrêter et amener jusqu'à l'estrade, avant de suggérer de le torturer ou de l'exclure du mouvement. Voyant que certains élèves sont prêts à le faire, Rainer, horrifié, révèle qu'il simulait le dynamisme et l'emportement, pour que les élèves se rendent mieux compte de ce qu'ils auraient été capables de faire et finit par leur intimer l'ordre de rentrer chez eux.

Il commence par abattre Bomber, un élève, avant de menacer Rainer, qui tente désespérément de raisonner Tim.


  • Menu de navigation.
  • voleurs de chevaux haute définition?
  • linconnu du ranch film citations?
  • Critique du film La Vague - AlloCiné.
  • étoiles la blonde défie le fbi?
  • Avis sur La Vague.
  • Cinq films pour comprendre… La vague verte.