Récit le dernier souffle

Mon personnage préféré était sans aucun doute l'horrible Célimus rires. C'est un coup de foudre pour ce personnage malfaisant et sadique! Célimus est surement le personnage le plus détestable de la série mais le plus travaillé à mes yeux. Avec son caractère de chien, sa beauté maléfique et sa poigne de fer, Célimus incarne à lui seul l'enfer sur Terre. Il s'accorde parfaitement à son rôle d'antagoniste. Fiona Mcintosh signe ici d'une main de maitre une série grandiose! J'ai lu cette énorme intégrale et j'ai passé un excellent moment de lecture! Je suis tombée sous le charme de cette histoire et cet univers.

On est plongé au coeur d'un royaume. Avec tous ce que ça implique : les stratagèmes politiques, les trahisons, les plans en tout genre. Mais le top du top c'est que tout cela est lié à la magie. Ce roman contient donc tout ce que j'aime! Par contre le début du premier tome est un peu long. En effet, l'auteure à besoin de mettre son univers et son intrigue complexe en place. Mais finalement ce n'est pas gênant. En réalité, les premiers chapitres sont super et après, cela retombe un peu comme un souffle mais c'est nécessaire pour la suite.

C'est vrai que j'ai trouvé que finalement la magie dans le premier tome n'était pas si présente que cela. Mais dans le tome 2 et dans le tome 3 c'est tout le contraire et j'ai adoré! Je suis tombée sous le charme des personnages. Surtout Wyl. J'ai adoré le fait qu'il soit le héros de l'histoire mais qu'il ne soit pas un sur-homme.

Comme tout le monde, il pleure, il souffre et il n'arrive pas à sauver tout le monde. Cela rend l'histoire terriblement réelle et surtout, cela rend Wyl extrêmement touchant! J'ai aussi adoré le fait que les femmes soient mis en avant. Elles sont loin d'être des petites choses fragiles. Au contraire ce sont de véritables guerrière et c'est vraiment top! Finalement, je me suis attachée à tous les personnages sauf à Celimus, le prince tyrannique! En effet, il y a plusieurs intrigues et plusieurs destins. La trilogie est addictive. Les romans sont remplis de suspense, de rebondissements et d'actions.

Même si l'auteure prend le temps pour faire des descriptions, on ne s'ennuie à aucun moment. La plume de Fiona McIntosh est fluide et très agréable!

Le dernier souffle de Chet Baker : récit fragmenté - Olivier Chaumelle - Librairie Mollat Bordeaux

J'ai adoré la conclusion finale de la trilogie. Je l'ai trouvé très belle et j'ai été surprise. Franchement après un certain événement, j'ai eu très peur mais finalement j'ai eu la fin que je souhaitais! Finalement, en refermant la trilogie, je me rends compte que je quitte l'univers à regret.

Je vous conseille donc de découvrir cette très belle trilogie de fantasy! Je l'ai trouvé à la fois original notamment grâce au Don mais elle respecte également les codes du genre! Il n'est pas toujours simple de renouveler les univers médiévaux fantastiques de la fantasy.

Pourtant, l'idée absolument géniale de ce don, que je ne détaillerai pas ici, à double tranchant, ouvre un champ de possible et d'aventures redoutable et passionnant. Les 3 tomes se lisent vites broché, numérique ou audio. Un livre superbe, je veux le lire une outre fois La Saga des sorcières, tome Anne Rice. Charmed, tome 2 : Le Baiser.. Constance M.

Polgara la sorcière, tome 1 David Eddings. La magie n'est pas très présente et est même considérée comme quelque chose d'inconnu.

\

A cela s'ajoute des scènes assez violentes et parfois triste, d'autres très frustrantes pour le lecteur, bref l'auteur s'amuse à nous ballotter entre tous ces sentiments à travers son histoire et c'est très plaisant. Il y a toute une partie où on sent que ça s'essouffle un peu, notamment lorsque le héros est au royaume du Nord. Mais malgré cette phase un peu plus longue, l'intrigue ne manque pas de rebondissements et de surprise jusqu'à la fin, fin qui me laisse d'ailleurs encore perplexe entre amusement et frustration A suivre dans le tome Il y a des bouquins que l'on achète un peu par hasard, et c'est ce qui m'est arrivé avec celui ci.

Flânant dans les rayons de la Fnac il y a quelques semaines, j'ai été interpellée par une tête de gondole qui faisait de la promotion pour certains livres de l'éditeur Milady avec une offre à 3. Après avoir beaucoup hésité, j'ai finalement craqué pour 3 bouquins en me disant qu'à ce prix je ne risquai pas grand chose.

Je ne connaissais pas Fiona McIntosh, et j'avoue avoir bien apprécié la lecture de ce premier tome de sa trilogie le dernier souffle. Je me suis laissé entrainer par cette histoire mettant en scène un sympathique jeune héros, Wyl Thirsk. A la mort de son père, ce dernier va se retrouver à la cour de son roi avec comme avenir tout tracé de prendre la tête des armées. Cependant, si le roi est bienveillant avec le jeune Wyl, ce n'est pas le cas de l'héritier du trône Celimus. Ce dernier, dont le portrait frôle un peu la caricature du sadisme, il faut le dire, va tout mettre en oeuvre pour nuire au jeune Wyl.

A l'occasion de la mort au bucher d'une sorcière, Wyl va se retrouver doté d'un mystérieux don. Quand il va mesurer les tenants et aboutissants de ce don, il va réaliser qu'il pourra être en capacité de contrer les objectifs du tortueux Célimus qui est devenu roi entre temps. Une lecture fort plaisante, je dois le dire, malgré certaines maladresses et lourdeurs de style par moments. Comme j'ai vraiment envie de savoir ce qu'il va advenir de Wyl et surtout comment il va gérer son don dans l'avenir, je vais bientôt m'empresser de lire la suite. Dès sa sortie en poche, je me suis jetée dessus, car la couverture m'a de suite attirée, et les avis des autres étaient tellement positifs que je voulais voir ce que ça donnait avec moi.

Mais il est resté traîner dans ma PAL, et c'est grâce à ma binomette d'amour qu'il est enfin sorti! En effet, elle l'a choisi en choix d'octobre, et même si j'avais un peu peur de ne pas accrocher avec ses pages, je dois dire que finalement, je l'ai dévoré et ne regrette pas cette découverte!

Le roman commence fort : on est de suite immergés dans une bataille, où l'un des personnages meurt, pour faire comprendre la quatrième de couverture. Mais avant de mourir, il fait faire une promesse à son meilleur ami, le roi : protéger son fils qui devra le remplacer, et être toujours présent pour lui, dans n'importe quelle situation. Un pacte de sang est scellé, et voilà Wyl, le fils d'un courageux guerrier, envoyé au-devant d'aventures dont il ne ressortira pas indemne.

Plus les années passent, plus le roi dépérit pour finalement mourir et laisser sa place à son unique fils : Célimus. Un prince sans pitié, sans remords, fourbe et cruel. Depuis leur enfance, Wyl et Célimus se vouent une haine perpétuelle, qui ne sera pas calmée avec le temps.

Editorial Reviews

Mais lors d'une condamnation à mort, Wyl croisera le regard de cette sorcière et son destin va irrémédiablement changer. Elle lui offrira le Don, un pouvoir puissant et lui offrant des possibilités encore jamais vues. Envoyé au Nord par son roi, pour une mission périlleuse, il connaîtra enfin les véritables pouvoirs de ce Don, qui peut tout aussi bien être une malédiction, quand on en voit les conséquences. Mais que peut bien refermer ce fameux Don?

Et pourquoi lui et pas un autre?

Navigation des articles

Eh bien il faudra vous armer de patience et passer au moins pages pour avoir un bout de réponse. Mais détrompez-vous : Fiona McIntosh ne meuble pas le livre pour meubler, non. Chaque action, chaque bouleversement, chaque horreur qui découle de ce roman a un sens. Plus on avance notre lecture, plus on est accro, plus on déteste le roi, plus on s'attache à Wyl, plus on le coeur qui se serre et les boyaux qui se tordent.


  • tv série un toit pour dix!
  • le cercle de fer film vf streaming!
  • To Live to Sing : Il n’y aura pas de dernier souffle!

Non, promis, je n'exagère rien. Si j'ai précédemment lu des livres assez difficiles, je dois dire que je n'avais jamais goûté à la plume de cette auteure, et question sadisme, je vous promets qu'il n'y a pas pire qu'elle. Ou alors je ne connais pas encore. Wyl est un personnage avec qui tout de suite un lien se crée, on s'attache très vite à lui, on comprend parfaitement ce qu'il ressent.

Malgré cela, il sait rester calme et fait montre d'une énorme intelligence en compagnie du roi. Même si à l'intérieur ça boue et qu'il aimerait extérioriser tous les malheurs qu'il lui fait subir, à l'extérieur il simule une loyauté sans borgne.

Jusqu'à ton dernier souffle

Plus il avancera dans son voyage, plus il apprendra de choses sur ces royaumes qui se font constamment la guerre. Il apprendra la politique de certains, mais aussi les secrets bien cachés de ses compagnons de route, ou encore des différentes contrées. Plus il avancera, plus il détestera son roi très facile, en même temps et plus sa vengeance prend forme. Il déteste la violence et le sang, et pourtant il sera au coeur même de ces derniers chaque jour. Concernant Célimus, vous l'aurez compris : je ne l'aime pas. Je crois que je n'ai encore jamais croisé un personnage aussi fourbe, cruel, et sans remords.

Malgré cela et sa méchanceté et le mot est faible , il est très charismatique, ce qui fait que l'auteure le rend très crédible. Quand sa présence se fait ressentir, on tremble presque devant notre livre, on a des frissons et on a peur de ce qui va arriver aux personnages.

Maos a contrario, il apporte aussi quelque chose en plus : du piment à l'état brute. Il ne se passe jamais une scène où il regrette ce qu'il fait et il devient de pire en pire au fil du récit. Je crois que le moment où je l'ai le plus haï, c'était à la toute fin. Je hurlais toute seule devant mon livre, je lui lançais des insultes à tout va, et je n'avais qu'une envie : entrer dans le roman et lui planter moi-même une épée dans le coeur si tant est qu'il en ait un! Ce qui vous prouve à quel point j'étais immergée dans cette série. En résumé, je ne peux que vous conseiller cette SAGA, pour ce qui ne sont pas trop sensibles bon, je le suis beaucoup, mais j'ai survécu!

Évidemment, on pleure, on rit parfois, mais on est surtout beaucoup en colère face aux événements qui se déroulent mais surtout de la façon qu'a Célimus de les tourner à son avantage.