Course à la mort évaluation film

Course à la mort

Au volant des bolides : des prisonniers forcés d'éliminer leurs concurrents, de sorte qu'un seul d'entre eux franchisse la ligne d'arrivée. Le public raffole de ces compétitions barbares. Un ancien champion automobile, Jensen Ames, injustement incarcéré pour le meurtre de sa femme, est contraint par Hennessey, la directrice de Terminal Island, de prendre la place d'un des concurrents, le célèbre Frankenstein, mort à l'issue d'une course Pour peu que l'on fasse preuve d'indulgence, on dégustera sans ennui ce festival de cascades et de pyrotechnie assez rase-bitume, mais plutôt jubilatoire.


  • Évaluation du film Course à la mort par oz_bleu@.
  • gratuit streaming film les grincheux.
  • Vous avez vu « Course à la mort » ?.
  • Course à la mort - Film () - SensCritique.

Course À La Mort. Si vous avez manqué le début. Clin d'oeil. La critique de Télé 7 7. Joan Allen.

Les bandes-annonces de Course À La Mort

Ian McShane. Tyrese Gibson.

Réalisateur s : Paul Bartel. David Carradine alias Frankenstein.

Death Race

Sly, tout en hargne, dans un de ses premiers rôles. Ca c'est du tuning!!! Le DVD allemand.

Menu de navigation

Frankenstein, tentant d'échapper aux méchants terroristes français! Ce site web utilise des cookies, uniquement à des fins statistiques.

Les Seigneurs de la route

Ils nous permettent de connaître la fréquentation de notre site web, et les contenus qui vous intéressent. Plus d'infos. Comment se procurer ce film? Consulter sa cote de rareté Consulter les notes des membres Consulter les autres affiches de ce film.

Mon compte

Comme dans Rollerball , sorti la même année aux E. Pas vraiment un modèle de conformisme, Les Seigneurs de la Route offre pas mal de séquences proprement jouissives que la morale tendrait plutôt à réprouver. Relativement bien fait et spectaculaire, rondement mené, Les Seigneurs de la Route se révèle ainsi beaucoup plus pêchu que le déprimant Rollerball 1ère mouture , sans pour autant être moins critique.

Cet exercice contribuera à agrandir sa cervelle, une nouvelle arme très utile. Sans doute parce qu'il correspond parfaitement à nos yeux à la définition du plaisir coupable. Au final on ne sait plus vraiment si on apprécie ce film au premier degré, au second degré, au dernier degré ou au degré zéro, et peu importe : la seule certitude c'est qu'on l'apprécie. Quand au remake avec Jason Statham sorti en et qui a engendré 2 suites de plus en plus fauchées , il offre une série B.