Il y aura toujours des femmes personnages film

Car cet écart n'est pas anecdotique. Il en dit long sur un sexisme qui dure, dure, dure. Il suffit d'un coup d'oeil vers notre dvdthèque pour mesurer l'ampleur du désastre. Petits joueurs!

Menu de navigation

Entre les deux partenaires s'érigent près de quatre décennies de différence. Même les trente-deux ans séparant Liam Neeson d'Olivia Wilde dans la rom'com' Puzzle ne font pas le poids, c'est dire. Depuis quelques années, les médias américains attirent de plus en plus notre attention sur cet écart systématique - et vraiment, vraiment problématique. Quitte à énumérer, comme le fait le site Vulture, les acteurs qui, depuis des décennies, s'entourent à l'écran de partenaires toujours plus jeunes : Johnny Depp, George Clooney, Brad Pitt, Denzel Washington Les voix les plus ronchonnes ou réacs, c'est selon nous diront que ce genre de concertation est bien "en vogue", forcément suscitée par "l'effet MeToo".

Mais ces disparités n'ont pas attendu les dernières révolutions féministes pour éclater à l'écran. Elles sont originelles à l'industrie du divertissement. Des classiques du cinéma hollywoodien comme Casablanca Oscar du meilleur film en et Autant en emporte le vent Oscar du meilleur film en en faisaient déjà état. Quand Humphrey Bogart a 43 ans, Ingrid Bergman n'en a que Clark Gable a 37 ans, Vivien Leigh C'est comme si, à la source de l'industrie, s'énonçait cette règle d'or destinée aux actrices : d'au moins dix ans, ton partenaire doit te devancer.

De Hollywood à Dany Boon

Autrement dit, te "dominer" Et en France, ce n'est pas mieux. Tel que le relate cette enquête du Monde, les "papes" du box office célèbrent consciemment? Les chiffres sont sévères : 7, 14, voire même 16 ans! Idem pour un autre acteur bien-aimé du public, Daniel Auteuil, qui dans le film Amoureux de ma femme partage une soirée avec Adriana Ugarte.


  • Pourquoi les actrices sont toujours (beaucoup) plus jeunes que leurs partenaires ?!
  • les amoureux sont seuls au monde film personnages;
  • streaming vf film deux flics à downtown;

A travers ces exemples disparates, une constante : il s'agit de films réalisés par leur acteur principal. Celui-ci impose donc son regard en tant que réalisateur et comédien, perpétuant cette relation de domination à ce point normalisée qu'elle s'incarne dans l'un des genres les plus populaires du pays : la comédie. Mais la romance à la française n'échappe pas non plus au phénomène. Bien sûr, l'on reste encore loin d'un cas d'école comme Descente aux enfers , lequel met en scène un couple aussi emblématique que dérangeant : Sophie Marceau et Claude Brasseur.

Lors du tournage, Brasseur a 50 ans et l'interprète de La Boum Pour Pauline Mallet, instigatrice du podcast de cinéma féministe Sorociné , on dépasse là le cadre du système hollywoodien.

To access this site, you must enable JavaScript.

C'est bien de notre culture, hier célébrée, aujourd'hui contestée, qu'il s'agit. Comme si, dans le cinéma français, les jeunes femmes étaient similaires aux nus que l'on observe dans les musées : des figures à l'air innocent, presque enfantines parfois, mais qui semblent scruter les hommes, leur inspirer la tentation", explique-t-elle.

Une imagerie bien désuète. Force est de constater que dans la fiction, cette "domination" masculine est toujours double. D'une part, elle porte donc sur un fantasme, celui de la jeune femme "pure", source de désirs plus ou moins inavoués. Un schéma auquel correspondent bien des comédiennes abonnées à cette disparité, comme Scarlett Johansson et Jennifer Lawrence, mais aussi Natalie Portman ou Emma Stone. D'autre part, il s'agit, à travers ce désir, de rappeler la vivacité de l'homme "mature", encore d'attaque malgré le poids des années, éternel séducteur prompt à captiver le regard féminin.

Et à travers cet oeil, dont se préoccupe les personnages mais aussi le public masculin , s'exprime évidemment celui de l'homme. C'est à dire le "male gaze" , ainsi défini par l'autrice et docteure en études cinématographiques Iris Brey dans son captivant ouvrage Le regard féminin : le male gaze désigne un point de vue masculin dominant qui bien souvent s'accorde à "une vision patriarcale où les femmes à l'écran et dans la vie réelle doivent être soumises au regard des hommes pour que ces derniers éprouvent du plaisir et du désir, soit dans la diégèse du film en tant que personnages, soit dans leur fauteuil au cinéma en tant que spectateurs".

Tout est donc affaire de désir et de "séduction". Mais l'un des grands soucis de cette histoire, c'est que "séduction" rime volontiers avec "discrimination". Tandis que les jeunes actrices subissent bon gré mal gré cet écart, leurs consoeurs plus âgées, elles, se retrouvent reléguées au placard.

Pourquoi y a-t-il toujours moins de femmes et d'acteurs noirs à Hollywood?

Les acteurs ont le droit de vieillir, mais pas les actrices, qui perçoivent là une cinglante sonnette d'alarme : on les avertit de leur "date de péremption". Or, à plus de 50 ans, c'est-à-dire une fois ménopausée, une actrice rentre dans un tunnel qui la place dans une zone indéfinie, dont elle sort lorsqu'elle peut jouer les grands-mères", s'attriste à ce titre la maîtresse de conférences en études cinématographiques Gwenaëlle Le Gras dans les pages du Monde. Pour Pauline Mallet, tout cela nous renvoie à un phénomène plus large encore.

A savoir, "un culte de la jeunesse généralisé, omniprésent, d'Hollywood aux pubs L'Oréal, où la femme se doit non seulement de rester éternellement jeune, mais surtout, jeune au regard des hommes. Et c'est cette pression patriarcale qui dicte cette injonction à la féminité", explique la créatrice de Sorociné. C'est pour cela que dans une industrie comme Hollywood, la disparité des âges est aussi considérable que l'écart salarial entre acteurs et actrices , ou que la très inégale présence des femmes aux postes majeurs des grandes productions. En vérité, tout cela est lié. D'un studio à l'autre s'exprime une même hégémonie.

Et c'est effrayant car cela ne fait que renforcer l'idée de la domination masculine", déplore à ce titre le blog féministe Her Campus, en brandissant l'exemple de la saga James Bond. Dans Spectre , l'agent Daniel Craig, 47 ans lors de la sortie du film partage l'affiche avec Léa Seydoux, alors âgée de 30 ans. Déroutant dit comme ça, mais tout à fait "standard" dans une fiction Il est important de parler de cet écart. Car ce n'est pas juste une question de sorties ciné.

Non, c'est un enjeu de société. Une opinion à laquelle s'accorde le producteur Stephen Follows. Interrogé par le magazine Standard, il explique : "Les films que nous visionnons constituent une partie importante de notre culture et éclairent notre façon de penser le monde. Ils sont si omniprésents qu'il est impossible qu'ils n'aient pas d'effet sur ce que nous considérons comme une relation normale".

Et ces incidences sont d'autant plus significatives que "le premier endroit où de nombreux enfants voient des relations qui ne sont pas celle de leurs parents est à l'écran", rappelle Stephen Follows.


  1. Here Comes the Girls.
  2. Page comments.
  3. Les Dernières Diffusions.
  4. Réécouter Truffaut, le cinéaste qui aimait les femmes écouter 28 min 28 min Partager ce contenu Created with Sketch. Close Created with Sketch. À retrouver dans l'émission. La Grande table culture par Olivia Gesbert.

    Entretien de Pleinement Femme et une auditrice féministe

    Contacter l'émission. Les Dernières Diffusions. Le design pop et ludique de Matali Crasset. Muriel Pic, l'affranchie. Ibrahim Maalouf, la 40aine rugissante. À découvrir T comme François Truffaut, le règne du cinéma.

    Quelle place pour les femmes dans le cinéma? - L'Express

    T comme François Truffaut, le règne du cinéma. Thomas Beau , Félicie Faugère. Je m'abonne. Vous êtes abonné e à la Lettre.