Courant film les chasseurs de scalps

Nationalité américain.


  • Fiche technique!
  • wanted choisis ton destin première.
  • Les Chasseurs de scalps?

Mes amis. Envie de voir.


  • Les chasseurs de scalps?
  • Synopsis et détails!
  • ?
  • Les Chasseurs de scalps!

Rédiger ma critique. Des Indiens détroussent le trappeur Joe Bass, lui laissant sur les bras un esclave évadé. Décidé à ne pas se laisser faire, Joe les poursuit mais arrive après le passage d'une bande de scalpeurs. Titre original The Scalphunters. Distributeur -. Année de production Date de sortie DVD -.

Date de sortie Blu-ray -.

" LES CHASSEURS DE SCALPS "

Date de sortie VOD -. Type de film Long-métrage. Secrets de tournage -. Box Office France 0 entrées. Budget -. Langues Anglais. Format production -. Couleur Couleur. C'est humaniste.

C'est intelligent. C'est magnifiquement interprété.

The Scalphunters

C'est Burt. C'est Telly, Shelley et Ossie. C'est Sydney.

18 critiques spectateurs

Ce sont Torpen et Pruneau qui me l'ont fait découvrir. C'est le bonheur. PS: chasser les scalps quand on est soi-même chauve c'est pas sport PS2 : je ne résiste pas au plaisir de décrire ma scène préférée du film : Lorsque Les Chasseurs de scalps The Scalphunters. Burt Lancaster Joe Bass. Shelley Winters Kate. Telly Savalas Jim Howie. Ossie Davis Joseph Lee. Dabney Coleman Jed.

Ecrire une critique Match des critiques les meilleurs avis Les Chasseurs de scalps. Entre la relation Lancaster-esclave et la relation de couple Savalas-Winters l'humour léger est de mise ; les autres scènes sont les plus réussies, celle des combats et de l'action. Pollack passe d'un genre à l'autre avec maladresse, ce n'est jamais fluide.

" LES CHASSEURS DE SCALPS "

Les scalpeurs de sclaps ne passent à l'action qu'une seule fois violemment et ensuite vivent comme larrons en foire?! Les indiens se vengent mais attendent plusieurs jours?! Sidney Pollack a voulu faire un western comédie mais le thème du scalp plombe d'avance son projet. Le scénario trop saccadé entre humour et action y est pour beaucoup. Ce sont bien les acteurs qui font que le film surnage Avec un tel titre et une telle histoire et de la part de Sidney Pollack on pouvait s'attendre à un récit plus sombre mais rapidement le film a un ton léger tout de même ponctué de scènes d'action efficace.

Le casting est de qualité aussi et donne de la saveur à ce film qui se déroule entièrement dans la nature un prémice à Jeremiah Johnson. Si Les Chasseurs de scalps n'est pas une réelle réussite il reste cependant agréable à regarder. Un trappeur et son esclave se heurtent à une bande de tueurs d'Indiens Deuxième fois que je visionne ce western de Sydney Pollack, et une fois de plus, je n'ai pas été totalement convaincu par le travail qui a été fait de la part du réalisateur de " Jeremiah Johnson ".

En effet, la mise en scène manque cruellement d'inspiration sur certaines séquences clés, ce qui est dommage car le scénario de William W. Norton est plutôt bien trouvé. Fort heureusement, Burt Lancaster est comme à son habitude excellent dans son rôle de trappeur et il est accompagné de quelques comédiens bien talentueux comme Shelley Winters, Telly Savalas et surtout Ossie Davis qui est pour moi la révélation du film à travers son personnage bien attachant qu'est Joseph Lee.

A noter aussi une partition musicale sympathique de Elmer Bernstein pour ce western qui aurait pu être amener à être bien plus réussi, si seulement il avait été dans les mains d'un autre metteur en scène. Voici un western assez surprenant et bourré de qualités. Réalisé après la période flamboyante du western classique et les remouds dus au western spaghetti, Les chasseurs de scalp c'est avant tout un western anticonventionnel.

Tout d'abord il s'agit d'une grande farce où un sac de fourrures est au centre de toutes les attentions, celle-ci amène le grand héros blanc incarné par le charismatique Burt Lancaster, au poil dans le rôle d'un ours mal léché, à se frotter aux indiens kiowas et à des chasseurs de scalp avec pour seul allié un ancien esclave noir, très cultivé, et particulièrement culotté, interprété avec beaucoup de justesse par Ossie Davies.

Pas courant pour l'époque! De plus, du côté de la bande de "bad guys", le chef de gang incarné par Telly Savallas est souvent tancé avec beaucoup d'humour par sa compagne interprétée avec classe et poigne par Shelley Winters, autre caractère particulier. Pour le reste, le scénario est bien ficelé et plaisant, les cabotinages de Lancaster et Davies sont succulents alors que ceux de Savallas tendent à lui retirer une part de sa crédibilité.

Toutefois, si certains passages peuvent paraître un peu longuets, on notera surtout le peu de soucis accordé à la vraisemblance de la tribu kiowa. L'ensemble se laisse cependant regarder avec un réel plaisir et la fin est particulièrement réussie. Il faut un grand metteur en scène pour réaliser une parodie sans tomber dans le travers du ridicule. Pollack a réussi l'impossible : faire un vrai western tout en étant en permanence dans la dérision.

Menu de navigation

Pour ce faire il a bénéficié d'un excellent scénario et d'acteurs particulièrement bien choisis. Je ne parle pas de Burt Lancaster qui sait tout faire à la perfection mais des autres. Rarement Shelley Winters aura trouvé un rôle de prostituée qui lui convienne autant, Telly Savalas souvent mauvais y est sans reproche. Quant à Ossie Davis qui compose Joseph Lee, c'est la vedette de cet excellent divertissement. Lorsqu'il va servir en whisky après l'avoir bien mérité il est impossible de ne pas éclater de rire et lorsqu'il raconte n'importe quoi en imitant ses précédents interlocuteurs il est parfait.


  • place vendôme étoiles.
  • Recevoir l'actualité Cine974!
  • les swedenhielm 1935.
  • Avis sur Les Chasseurs de scalps?

Il y a dans ''thé scalphunters'' quelques séquences bien imaginées : le cheval de Joe Bass d'une intelligence sans égale, il répond même à une demande de son maitre ne sachant plus que faire, le chariot avec un lit dans lequel Jim Howie se prélasse est une trouvaille savoureuse, les dialogues entre Joe et joseph sont totalement inhabituels dans les westerns. Sous toutes ces gaudrioles se cache aussi une morale assez profonde sur le racisme, la vie reste toujours prioritaire malgré tous les morts qui parsèment cette histoire.

Enfin, la belle mise en scène est constamment présente dans une lumière éclatante, c'est un dépaysement total. Western voulant apparemment se démarquer nettement du classicisme habituel du genre, il faut avouer que le pari n'est qu'à moitié gagné. Si on peut être séduit par il est vrai par une certaine originalité de l'ensemble, notamment dans la personnalité des personnages, évitant sans grand problème les clichés, il est vrai que le tout est tout de même très trop insolite, détendu, si bien qu'on a l'impression que Pollack a tendance à manquer de rigueur, et n'arrive finalement pas à nous captiver durant tout le récit on s'ennuie même parfois.

Pourtant, l'image de l'anti-héros interprété par Burt Lancaster, le personnage noir sortant clairement des sentiers battus quant à sa représentation habituelle et Telly Savalas en méchant déluré apporte il est vrai une certaine saveur à l'ensemble, avec certaines scènes parfois amusants.

Les Chasseurs de scalps de Sydney Pollack (1968) - Cine974

Bref, si ces "Chasseurs de scalps" manquent clairement de tranchant pour rester vraiment en mémoire, il peut toutefois se laisser regarder une fois pour certains aspects il est vrai plutot intéressant. Une curiosité. Jean-philippe N.